Siracide 33

1. Celui qui craint le Seigneur ne sera surpris d'aucun mal ; mais Dieu le conservera dans la tentation, et il le délivrera de tous les maux.

2. Le sage ne haïra point les commandements et les ordonnances, et il ne se brisera point comme un vaisseau dans la tempête.

3. L'homme de bon sens croit à la loi de Dieu, et la loi lui est fidèle.

4. Celui qui doit éclaircir ce qu'on lui demande préparera sa réponse, et après avoir ainsi prié il sera exaucé ; il conservera la règle de la doctrine, et après cela il répondra.

5. Le cœur de l'insensé est comme la roue d'un chariot, et sa pensée est comme un essieu qui tourne toujours.

6. L'ami moqueur est comme un cheval destiné aux cavales, qui hennit sous tous ceux qui le montent.

7. D'où vient qu'un jour est préféré à un autre jour, un temps à un temps, et une année à une année, puisque c'est le même soleil qui les forme ?

8. C'est le Seigneur qui les a distingués par son ordonnance, après que le soleil a été créé, et qu'il a suivi inviolablement dans sa course les ordres qu'il a reçus.

9. C'est lui qui a distingué les temps et les jours de fête parmi les hommes qui en ont célébré quelques uns à l'heure qui leur a été marquée.

10. Dieu a élevé et consacré quelques uns de ces jours, et il a mis les autres au rang des jours ordinaires : c'est ainsi que Dieu traite tous les hommes pris de la boue et de la même terre dont Adam a été formé.

11. Le Seigneur par sa sagesse, qui se communique en tant de manières différentes, a mis entre eux des différences, et a diversifié leurs voies.

12. Il a élevé et béni quelques uns d'entre les hommes, les a sanctifiés, les a unis et attachés à lui ; il en a maudit et humilié quelques autres, et il les a laissés aller après la séparation qui en a été faite.

13. Comme l'argile est dans la main du potier qui la manie et la forme à son gré,

14. Et comme il l'emploie à tous les usages qu'il lui plaît ; ainsi l'homme est dans la main de celui qui l'a créé, qui lui rendra selon l'équité de ses jugements.

15. Le bien est contraire au mal, et la vie à la mort ; ainsi le pécheur est contraire à l'homme juste. Considérez toutes les œuvres du Très-Haut, vous les trouverez ainsi deux à deux, et opposées l'une à l'autre.

16. Je suis venu le dernier de tous comme me réveillant après un sommeil, et comme ceux qui ramassent les grains de raisin après ceux qui ont fait vendange.

17. J'ai espéré aussi moi-même en la bénédiction de Dieu, et j'ai rempli la cuve comme celui qui vendange.

18. Considérez que je n'ai pas travaillé pour moi seul, mais pour tous ceux qui recherchent la science.

19. Grands et peuples, écoutez-moi tous ; et vous gouverneurs de l'assemblée, prêtez l'oreille.

20. Ne donnez point pouvoir sur vous pendant votre vie à votre fils, à votre femme, à votre frère, ou à votre ami ; ne donnez point à un autre le bien que vous possédez, de peur que vous ne vous en repentiez, et que vous ne soyez réduit à lui en demander avec prière.

21. Tant que vous vivez et que vous respirez, que personne ne vous fasse changer sur ce point ;

22. Car il vaut mieux que ce soient vos enfants qui vous prient, que d'être réduit à attendre ce qui vous viendra d'eux.

23. Conservez-vous la principale autorité dans toutes vos œuvres.

24. Ne faites point de tache à votre gloire. Distribuez votre succession au jour que finira votre vie, et à l'heure de votre mort.

25. Le fourrage, le bâton, et la charge à l'âne ; le pain, la correction, et le travail à l'esclave.

26. Il travaille quand on le châtie, et il ne pense qu'à se reposer : lâchez-lui la main, et il tâchera de se rendre libre.

27. Le joug et les cordes font courber le cou le plus dur, et le travail continuel rend l'esclave souple.

28. La torture et les fers à l'esclave malicieux : envoyez-le au travail, de peur qu'il ne soit oisif ;

29. Car l'oisiveté enseigne beaucoup de mal.

30. Tenez-le dans le travail ; car c'est là qu'il doit être. Que s'il ne vous obéit pas, faites-le plier en lui mettant les fers aux pieds ; mais ne commettez point d'excès à l'égard de qui que ce soit ; et ne faites rien d'important sans y avoir bien pensé.

31. Si vous avez un esclave qui vous soit fidèle, qu'il vous soit cher comme votre vie ; traitez-le comme votre frère, parce que vous l'avez acquis au prix de votre sang.

32. Si vous le traitez mal avec injustice, il s'enfuira ;

33. Et s'il se dérobe à vous, et s'en va, vous ne saurez où l'aller chercher pour le trouver.


1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51